Le stress chronique

Comment l’approche holistique régule efficacement les effets du stress chronique, soutient votre réalisation et vos accomplissements dans les différents domaines de vie.

Contrairement à une croyance, la santé globale est une résultante. C’est un processus universel de guérison, au sens holistique de l’Être. La santé globale suit une homéostasie du système entier. Cette dynamique réduit non seulement les risques d’épuisement, d’anxiété, de dépression, de maladies inflammatoires ou d’accidents vasculaires, etc … Le credo de l’approche holistique est surtout de construire un terrain fort qui entretient une dynamique d’équilibre et d’évolution personnelle indispensable pour faire face à un changement de paradigme, sans s’épuiser.

Un des plus grands obstacles à l’évolution est le stress chronique parce qu’il a des effets délétères sur la santé, en raison de l’activation de réflexes primaires fréquents et récurrents. Le mécanisme du stress entretient aussi une disproportion mentale du cerveau gauche. Il engendre une fuite de sensations et des émotions et fait chuter la vitalité. Il ramène sans cesse les traumas à la surface au moindre déclencheurs de la vie courante qui empêchent la régulation. La basse intensité et dispersion énergétique, déracine, décentre la personne de son axe de vie. Cette état induit une forme d’impuissance de l’Être à évoluer et à guérir la personne de sa condition à la fois animale et mentale.

1) Dans cet article, nous allons mieux comprendre ce qu’est le stress, comment sa chronicité
dégrade le système entier et perturbe la connexion profonde à soi-même.

2) Nous verrons concrètement quels sont les axes de régulation qui permettent de rétablir et
maintenir une dynamique équilibrante, ainsi que les accès qui aident à rester connecté, même en période de stress récurrent.

3) Et enfin, pourquoi identifier les sources de stress permet d’évoluer vers un style de vie connecté qui soit écologique pour votre système.

Comprendre le mécanisme du stress et faire la différence entre sa forme ponctuelle « aigüe » et fréquente « chronique ».

Au départ, le stress ponctuel dit « aigu » est une réponse « normale » à une demande
d’adaptation de l’environnement. Elle met en jeu le plan physiologique, émotionnel, mental et énergétique. Face à un danger, notre réaction primaire est animale. Le cerveau reptilien conduit à se figer, lutter ou fuir. De manière réflexe, l’axe hypotalamo/hypophyso/surrénale s’active lors d’une demande adaptative forte face à un environnement ou une situation jugés à risque.

Au plan physiologique ce mécanisme met en jeu la sécrétion d’hormones, notamment l’adrénaline pour un stress aigu et le cortisol dans le cas du stress long qui sont secrétés par les glandes surrénales. Ces hormones ont pour fonction de modifier le métabolisme pour soutenir la réaction primaire de lutte, de fuite ou de figement face à un réel danger : augmentation du rythme cardiaque, du flux sanguin vers le cerveau et des muscles des bras et des jambes, dilatation des pupilles, ralentissement de la motricité de l’intestin, de l’appétit et du système urinaire, modulation du système immunitaire.

Cette réaction engendre ensuite une stase des résidus hormonaux dans les fluides du corps qui doit s’éliminer lors de la phase de décharge et de restauration. Au plan énergétique, une montée en charge sympathique « rouge » accompagne le message émotionnel qui modifie les sensations et les vibrations du corps. Au plan mental, le stress s’accompagne parfois d’anxiété et d’angoisses qui perturbent l’humeur, le sommeil, la digestion et la mixion.

Un contexte challengeant peut donc être interprété comme un danger potentiel par le mental. Des contextes agressifs ou violents engendrent un stress chronique grave. Parfois, une résonance à des évènements traumatiques s’active et accentue la mécanique du stress. Le stress chronique induit un état de saturation des systèmes adaptatifs, nocif pour la santé globale d’une personne.

> Le stress chronique a des effets délétères sur le terrain et sur la santé globale, lorsque les systèmes adaptatifs sont trop souvent sollicités.

Les effets du stress chronique sur le terrain dus à la sécrétion régulière de cortisol.

Le stress chronique fait entrer dans un cercle d’épuisement des systèmes adaptatifs (nerveux,
hormonal) et d’emballement immunitaire, sollicités fréquemment. Cet épuisement réduit la fonction nerveuse et conduit à une déficience parasympathique de restauration. Par ricochet,
l’énergie nerveuse de l’activité sympathique d’action, chute. Ce mécanisme se traduit
progressivement par un état de fatigue générale récurrente et une dégradation de la fonction
d’élimination des déchets, notamment du au stress.

L’impact sur la circulation lymphatique et le rôle des émonctoires naturels est souvent
« silencieux ». Il engendre une congestion générale due à la concentration des toxines, notamment des résidus hormonaux du stress.

Le cortisol ralentit la motricité intestinale et s’accompagne d’un phénomène immunitaire
d’inflammation de la membrane intestinale. Il est bien connu maintenant comme un des facteurs favorisant les maladies inflammatoires auto immunes de l’intestin. Ce phénomène engendre une perméabilité anormale de la membrane intestinale et un état dysfonctionnel de la régulation émotionnelle. Certaines molécules passent donc dans le milieu intérieur par voie sanguine et déclenchent des réactions immunitaires qui épuisent l’organisme.

> En stress chronique, une personne entre dans un état dysfonctionnel global de saturation, d’épuisement et d’inflammation qui engendre fatigue, troubles du sommeil, maux de ventre, irritabilité, émotionnel exacerbé.

Le stress chronique impacte la diversité du microbiote.

On sait aujourd’hui que sa qualité est corrélée à la santé mentale. Le stress ralentit la motricité de l’intestin et l’écosystème intestinal, notamment la qualité et la diversité du microbiote. Cette « flore et faune intestinale » est composé de bactéries, virus, champignons et virus vivants en symbiose avec le système cellulaire humain. Il sert à une bonne digestion du bol alimentaire, l’assimilation des nutriments et la production de neuro transmetteurs comme la sérotonine régulatrice de l’humeur. La sérotonine est produite à 95 % par le système entérique.

> Le stress chronique modifie l’équilibre de l’axe d’information intestin/cerveau, via la qualité du
microbiote.

L'information entre l'intestin et le cerveau est régulée par la qualité du microbiome.

Plusieurs voies sont à l’étude comme l’activité du nerf vague qui semble être le canal principal. La réponse immunitaire et endocrinienne, ainsi que l’effet des métabolites de la flore joueraient le rôle de « messagers » du canal d’information entre l’intestin et le cerveau.

Une récente étude réalisée en 2023 entre une population laïque et de moines buddhistes montre un lien entre la biodiversité du microbiote et l’activité cérébrale, notamment la pratique quotidienne de la méditation.

Il a même été observé une corrélation entre la qualité du microbiote et la santé mentale d’une personne. Des personnes ayant un syndrome de dépression avéré montre un appauvrissement d’espèces de bactéries présentes dans l’intestin. Ce phénomène a été démontré dans différents atteintes du système nerveux comme la maladie d’Alzheimer et le trouble autistique.

Les effets du stress chronique sur les plans émotionnel et énergétique.

La montée en charge d’énergie rouge conduit à une pression émotionnelle et à une concentration progressive des tissus en résidus hormonaux. Elle engendre un état de « congestion » de toxines dans les tissus qui induit un état de confusion mentale. Si la décharge d’énergie bleue n’a pas lieu ou est insuffisante, l’état de neutralité d’énergie blanche n’est pas entretenu et coupe la connexion à l’Être.

La fonction « cachée » de l’intestin est altérée par le stress chronique. Un défaut de fluidité
énergétique diminue la résonance avec le « flow » d’énergie universelle (appelé Prana dans la tradition indienne et vague océanique ou libido en occident). Cet aspect « ésotérique » de l’intestin a été décrit par les travaux de la physio thérapeute Gerda BOYESEN fondatrice de la thérapie corporelle biodynamique.

> Le stress chronique impacte le métabolisme et met en jeu une charge d’énergie à réguler pour rester connecté à soi.

Une bonne régulation entretient une dynamique équilibrante grâce à des accès simples, en période de stress chronique.

Beaucoup de personnes cherchent aujourd’hui des accès simples. Le corps sera toujours la porte d’entrée de la régulation physiologique, mentale, émotionnelle et énergétique. C’est pour cette raison que l’approche holistique multifactorielle vise en priorité la régulation et la restauration de terrain afin d’améliorer ou rétablir la capacité adaptative.

Les accès simples par le corps et la voie des sensations ouvrent la voie de la régulation.

Le ralentissement de l’activité physique, cérébrale et émotionnelle, le silence, le repos, le sommeil et le jeûne (sous différentes formes) représentent des accès simples à une régulation rapide du stress chronique. Cette état réduit les stimulis extérieurs et favorise la
restauration naturelle du système global d’une personne.

Le contact avec soi-même et des proches est une voie de communication non verbale qui
induit la communion : hugs, bercements, toucher doux sur la peau et tapotement de zones
réflexes comme le sternum et la cage thoracique stimulent le contrôle du nerf vague, la
fonction para sympathique et le sentiment de sécurité et de paix, grâce à la sécrétion
d’ocytocine.

Le Yoga permet de revenir au corps et aux sensations. L’attention développe des perceptions corporelles fines qui induit un état de recul. Le Yoga permet de nourrir le mental et d’ouvrir de l’espace pour une conscience fine. Cet enseignement permet de s’extraire du stress chronique par une pratique constante. Il cultive une vigilance des différentes sources de stress, dans le quotidien. Il participe à la sécrétion de neurotransmetteurs.

Le souffle contrôlé appelé Pranayama dans le tradition du Yoga est une respiration
consciente qui fait switcher du mode sympathique au mode parasympathique de régulation.
C’est un accès simple à l’énergie bleu responsable de la décharge et de la restauration des
différents systèmes. Elle induit un état d’énergie blanche apaisante qui conduit à une
expansion énergétique qui relie à l’Être.

– Le mouvement naturel du corps comme la marche ou la danse consciente ou guidée
favorisent l’expression émotionnelle, l’intégration du vécu et l’action restauratrice ou
réparatrice. Ces pratiques stimulent la fluidité douce du corps et de l’énergie qui libère l’esprit
des réflexes mentaux primaires, en ouvrant de l’espace intérieur. Le mouvement naturel dans
la nature et au contact des éléments induit la sécrétion de nombreux neuro transmetteurs qui favorise l’humeur, la digestion et le sommeil de qualité.

La méditation modifie les fréquences cérébrales et donc l’état de conscience. Cette pratique
équilibre les différents plans : physique, mental, émotionnel, énergétique, subtils et relie au
plan causal de l’Être. Grâce à sa médiation, elle module le stress chronique en ramenant une
juste proportion dans le fonctionnement interne d’une personne, de manière profonde et équilibrante.

Le contact avec la nature, les arbres et certains animaux domestiques apportent une présence sécurisante. Certaines pratiques comme la sylvio thérapie et le contact avec le cheval sont un soutien et des aides à la guérison de l’humain, par la relation.

Les soins holistiques énergétiques et de contact engendrent une décharge de stress grâce à des gestes thérapeutiques de libération et de régulation. Au cours d’un programme, ces soins harmonisants et équilibrants restaurent rapidement l’homéostasie du système entier. Ils aident à drainer et les éliminer les toxines du stress accumulées dans les tissus, les membranes et les fluides du corps.

La nutrition de haute vitalité favorise la biodiversité du microbiote via les jus riches en
fibres hydrosolubles. Elle apporte des nutriments essentiels et améliore leur assimilation. Elle
aide l’organisme à se restaurer et lutter contre l’oxydation et l’acidification dues au stress
chronique. Elle favorise les éliminations de toxines et des résidus hormonaux du stress
chronique, via les émonctoires naturels du corps.

Le sport adapté à l’état d’une personne, pratiqué de façon intelligente et progressive qui
respecte son système, permet de libérer les tensions du stress. Une pratique constante engendre une sécrétion de neuro transmetteurs qui régulent l’humeur. Certains sports restent proches du mouvement naturel du corps comme la natation, la course à pied et l’escalade en milieu naturel. ( Les étirements et le Yoga permettent de décompenser les effets de tensions ou de tassements et d’amplifier le souffle conscient).

> L’approche holistique met en jeu le corps, le souffle, l’énergie et le pouvoir de l’esprit. Ce trigone puissant transforme efficacement et rapidement un état de stress. Cette démarche personnelle vise aussi à observer les facteurs environnementaux dans le but de réduire les sources de stress chronique. L’approche holistique cultive un recul nécessaire à des prises de conscience qui mènent à de nouvelles habitudes et choix de style de vie.

Pourquoi et comment identifier les sources de stress, permet d'évoluer vers un style de vie plus connecté à soi et plus écologique pour le système.

Il ne suffit pas d’agir sur le terrain et d’améliorer sa capacité à s’adapter. Chercher constamment à s’adapter à un contexte ou un environnement épuisant, agressif ou violent, ne rend tout simplement pas pas heureux. Il est essentiel d’identifier les sources de stress afin de les réduire. Cette dernière partie fait appel au ralentissement et à l’observation.

Cette ouverture permet l’intégration du vécu stressant et l’identification des facteurs de
stress. L’état de recul permet d’accepter, relativiser ou transformer la perception d’un
contexte stressant. La transformation de la perception d’une situation fait appel au pouvoir de l’esprit, grâce à un pilotage interne.

> Une personne a besoin de conscientiser et d’intégrer l’information par son corps pour être en capacité de modifier ensuite ses comportements, ses habitudes. Engager des choix plus respectueux de son système vont jusqu’à modifier des choix ou le style de vie.

Conclusion

Le stress chronique est parfois profond. Il a de nombreux effets délétères sur la santé globale, en bloquant la fluidité au plan physique et énergétique. Il engendre une chute de vitalité, un état de confusion cérébrale et de contraction mentale. L’état de stress chronique est donc enfermant pour l’esprit et réduit la mobilité du corps.

Le stress chronique peut maintenir une personne dans une identification constante à ses
difficultés, due à un manque de recul. Ce mécanisme en boucle minimise la réalisation d’une
personne en réduisant la maîtrise de son fonctionnement interne. S’il est insuffisamment régulé et que la capacité à s’adapter chute, l’accumulation de stress chronique impacte tous plans et diminue les chances d’accomplissement d’une personne dans les différents domaines de sa vie.

Heureusement, la voie holistique offre des accès simples et de nombreux outils. Cette approche globale, multifactorielle permet la régulation du stress en agissant sous différents angles. Elle peut être engagée de façon autonome et demande une constance pour obtenir un
gain rapide de régulation, de vitalité et de re connexion à soi.

Un mentoring ou un training holistique thérapeutique ouvrent une voie rapide, grâce à la transmission directe de différents accès simples, l’appel simultané de nombreux facteurs de régulation et un training concret. Cette démarche personnelle profonde passe par le corps et fait appel à l’énergie et au pouvoir de l’esprit. Elle favorise une dynamique équilibrante rapide, grâce à des outils puissants et naturels.

Une retraite est une expérience compacte de transformation rapide qui amplifie l’effet de différentes pratiques et soins holistiques. Son empreinte forte conduit à une intégration rapide et booste une personne à transposer de nouvelles habitudes dans son quotidien.

> Un accompagnement et une retraite représentent donc des pivots forts qui préparent à un
changement ou à la transition vers un style de vie plus écologique pour une personne
stressée. Le processus de guérison progressif qui en découle respecte le rythme d’une
personne. Il engendre un nouveau paradigme de vie favorable à la réalisation personnelle et à l’accomplissement d’une personne dans tous les domaines de vie. Il apporte une nouvelle
cohérence qui permet à toute personne de converger vers la santé globale, holistique.

Catégories

Partage

Facebook
LinkedIn
X
Email

Instagram